Armée de patience, de minutie et d’une bonne dose de passion, Isabelle Westeel, conservateur et directrice du service de la documentation des bibliothèques de Lille 3, vient d’en terminer avec un sacré défi. Après un an de travail, celle qui veille au quotidien sur les 1,2million de documents conservés dans les 26 bibliothèques du campus a catalogué et référencé 10000 des 16000 ouvrages qui composent l’un des plus importants fonds documentaire polonais de l’Hexagone . Un travail de fourmi qui permet désormais de faire connaître à travers le monde des documents uniques.

--------------------------------

    Depuis les années 1930 et le début de l’enseignement du polonais à Lille 3, les 16 000 ouvrages du fonds documentaire polonais dormaient au département des études romanes, slaves et orientales, en bon état mais sans autre référencement que de simples fiches à feuilleter et feuilleter encore pour trouver l’ouvrage désiré. Un trésor culturel inexploité dont les richesses n’étaient quasiment connues que des seuls étudiants de villeneuve-d’Ascq.
Depuis quelques semaines, le voila porté à la connaissance du plus grand nombre grâce au fastidieux travail mené par les équipes de la direction de la documentation des bibliothèques de Lille 3. Au terme de 700 heures d’une rigoureuse mission, Isabelle Westeel, directrice de la documentation des 26 bibliothèques du campus, est venue à bout du référencement de l’une des collections documentaire polonaise les plus riches de France.
Avec le soutien de l’ambassade de Pologne, du consulat général de Pologne et de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur qui ont financé l’opération (soit 20 000 €), avec également les précieuses collaborations de l’université de Varsovie et de la bibliothèque nationale de Pologne, une première collection de 10 000 œuvres littéraires et historiques, dont 3 866 sont uniques en France et parfois introuvables hors de Pologne, a été « cataloguée ».
Identifiés, évalués quand à leur rareté, les ouvrages ont été référencés, les fiches et les notices numérisées par un prestataire extérieur pour que ce contenu soit ajouté au catalogue des bibliothèques de France. Les œuvres les plus rares seront intégralement numérisées. Une richesse portée d’un seul coup à la connaissance des chercheurs, qui devrait susciter un vif intérêt.
« Nous pourrons désormais prêter la plupart de ces ouvrages sur demande et mettre des actions de valorisation de ce fonds. Expositions, conférences, partenariats avec les universités polonaises sont en projet », s’enthousiasme lsabelle Westeel, qui va se remettre au travail dès la rentrée. « Il nous faut trouver des fonds pour conserver mieux encore ces collections ». Et puis, les 6 000 documents du fonds qui n’ont pas encore été référencés devront l’être. « Nous avons une partie très riche constituée de journaux polonais, mais aussi français, destinés au lectorat polonais du bassin minier dès les années 1930. Il nous faut les signaler. »

 article publié dans la Voix du Nord du 9 juillet 2013 par Stéphane Hubin